Développement personnel : au delà du cliché

Le développement personnel est à l’individu ce que le leadership est à l’organisation. S’il est indispensable pour en assurer la réalisation et la croissance harmonieuse, peu de personnes sont naturellement dotées des compétences nécessaires pour en tirer profit. Je vous propose aujourd’hui de voir quels sont les champs d’applications envisageables.
chemins 

Développement personnel pour vivre mieux

La culture de la performance qui imprègne une grande partie de notre société nous enjoint à privilégier le domaine professionnel sur la sphère privée ou personnelle. Il est aisé dans ce contexte de perdre de vue notre identité propre pour se conformer aux attentes des milieux qui constituent notre environnement : professionnel, familial, sociétal, couple. Hiérarchiser ces priorités nous pousse à remettre sans arrêt à plus tard ce qui participe de notre équilibre personnel, parfois jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

Lorsque nous dépassons cette limite d’intégrité, nous nous retrouvons désemparés, en proie à une fatigue et une lassitude extrême (voire un burnout ou une dépression). Les attitudes et comportements que nous avions jusqu’à présent ne suffisent plus à faire face à la situation qui continue de se détériorer.

Il est alors grand temps de faire le point sur ses réalisations, de regarder avec clarté ce dans quoi nous nous sommes investis et de mesurer le poids de ce que nous avons pu accomplir au regard des efforts que nous y avons consacré. Faisant aussi le point sur ce que nous avons volontairement laissé de côté, ce qui s’est perdu, ce qui s’est déprécié faute d’attention. Ce bilan nous amène à nous interroger sur ce que nous voulons vraiment et ce que nous sommes prêts à accepter de changer en nous, pour en tirer les leçons et se sentir plus en accord avec notre identité véritable et intégrée. En reprenant contact avec cet aspect de nous-même, nous retrouvons la capacité à créer de nouveaux comportements nous permettant de faire face aux prochaines étapes de notre vie.

Du développement personnel à l’accomplissement personnel

Loin de se limiter à une intervention de réparation, parfois impossible quand la situation est devenue par trop pathologique, le développement personnel peut également se concevoir dans une optique de progression personnelle.

Abraham Maslow, au travers de ses travaux sur la psychologie humaniste, s’est intéressé aux besoins de l’homme et leur hiérarchie. Au sommet de sa célèbre pyramide, on y découvre le besoin pour chaque individu de se réaliser au travers de ses compétences et aptitudes potentielles.
Auto-actualisation et développement personnel

« Ce qu’un homme peut être, il doit l’être. On peut appeler ce besoin auto-actualisation. » – A. Maslow

Le développement personnel peut permettre d’identifier les compétences et aptitudes présentes chez l’individu et qui sont encore inexploitées pour lui permettre de les intégrer dans sa conception de lui-même. Enrichi de ces nouvelles pistes de développement, l’individu se rapproche progressivement de son identité intégrée et devient capable de développer de nouveaux comportements qui lui permettent de faire face à de nouvelles situations, dans un meilleur respect de l’équilibre de ses valeurs personnelles.

Plus de variété, pour plus de bonheur et de bien-être

Un des mécanismes clés du développement personnel est de permettre à l’individu de développer de nouveaux comportements, pour suppléer les anciens comportements qui ne fonctionnent pas (ou plus) dans le nouveau contexte.

« Faites quelque chose et, si ça ne réussit pas, essayez autre chose. » – Franklin D. Roosevelt

Trouver ce qui limite la création de nouveaux comportements et comment dépasser ces limitations est le véritable enjeu du développement personnel. Nous avons tous au cours de notre histoire intégré des modes de pensées, des croyances et des histoires qui ont servi de terreaux pour construire nos propres comportements et attitudes. La conception que nous avons des autres et de ce qui conduit leurs comportements est un exemple de ces croyances limitantes (par exemple les théories X et Y de Douglas McGregor) . Remplacer un ensemble de croyances limitantes par des croyances libérantes, permet de changer notre vision des choses et de prendre conscience de notre vraie potentiel et d’aborder sereinement et en confiance le monde.

Et vous, quelles sont les croyances limitantes dont vous avez pris conscience et dont vous vous êtes libérés ? Quels sont celles qui ont pris leur place ?

Tension : La tension créative

Dans les précédents articles, nous avons vu quelles difficultés pouvaient nuire à l’expression d’une tension causée par l’écart perçu entre une situation souhaitée et une situation réelle, et comment il était possible de travailler à réduire cet écart. Dans cet article, nous allons essayer de voir comment une tension créative peut être tenue sur le long terme et ce qui peut en ressortir.

Pourquoi tenir une tension ?

De prime abord, cela peut sembler curieux de vouloir être en mesure de tenir une tension, mais il n’est pas toujours possible de la traiter comme vu dans l’article précédent. Lorsque le but à atteindre semble trop lointain ou trop grand pour pouvoir espérer le voir réalisé, que cela soit vrai ou non, et que notre incapacité à nous défaire de cette vision nous empêche d’y renoncer, il ne nous reste qu’à tenir le temps que les choses changent. Ou bien nous pouvons décider d’utiliser cette tension pour en faire une tension créative, et devenir acteur du changement nécessaire.

Canaliser l’énergie

Tenir une tension est une activité qui peut être la source de beaucoup d’énergie. Il peut être aisé de se laisser submergé par cette énergie et la laisser s’exprimer via nos émotions, nos attitudes et nos réactions, contre nos proches et notre environnement. Ces expressions de frustration, quand elles ne sont pas correctement décryptées, peuvent être perçues comme une forme de rebellion sans structure contre la situation présente. Il arrive bien trop souvent qu’une expression maladroite visant à exposer la source d’un problème devienne un problème plus urgent (et plus facile) à traiter que le vrai problème sous-jacent.

Il est donc nécessaire d’arriver à sentir cette impulsion et à la reconnaitre comme telle, pour en contrôler l’expression de façon à l’adapter à son environnement. La connaissance de son environnement et la juste perception du niveau de confiance entre les individus aide à trouver le juste niveau d’énergie pour exprimer correctement l’urgence du changement en restant dans une démarche et une attitude constructive.

Préparer et visualiser notre progression

Une fois clairement assumée cette énergie, avec le bon niveau d’expression pour notre environnement, il ne nous reste qu’à définir notre trajectoire en fixant notre objectif et identifier les premiers petits pas qui nous permettront d’acquérir la certitude que nous avançons dans la bonne direction (cf. Envisager le futur).

Savoir faire d’une grande idée ou d’une grande aspiration quelque chose de réel nécessite de pouvoir accepter de ne voir sa vision n’être réalisée que partiellement dans un premier temps, et encore longtemps après cela. C’est en cela qu’une visualisation régulière de notre progression nous permet d’accumuler les petites victoires qui nous permettront de tenir bon sur la distance. Il est aussi possible, et fort probable, que, dans notre entreprise, nous essuyons des revers qui peuvent nous sembler nous obliger à faire machine arrière, en perdant du temps. Mais ces évènements négatifs ne sont que des contretemps, et si nous avons à coeur d’apprendre de nos échecs, nous en ressortirons plus sages et plus surs de la voie à prendre.

Visualiser les impacts de notre tension

Comme toute épreuve de longue haleine, tenir sur la longueur une tension créative de changement nécessite une conscience accrue de nos ressources et de l’effort que nous y mettons. Une des conditions pour voir ses aspirations se réaliser et pouvoir en profiter, et d’être encore là et en pleine possession de nos moyens. Savoir quand nous en faisons trop pour atteindre nos buts ou quand ceux-ci nous font passer à côté du reste de notre vie et des autres choses que nous avons à accomplir est nécessaire. Et à chaque fois que c’est nécessaire, il faut savoir se retirer, au moins temporairement, d’une situation que l’on prend trop à coeur le temps de calmer le jeu ou de refaire ses réserves.

Un pont vers le futur

En ce qui me concerne, je sais qu’il y a certaines de mes aspirations pour ce monde que je ne verrais pas s’accomplir de mon vivant, mais les premiers pas que je pourrais faire entre-temps seront ma contribution.

Et vous, quelles sont les aspirations ou les projets qui vous portent sur le long terme ?